Le Crédit Mutuel a décidé de renoncer au questionnaire de santé lors de l'accès au crédit immobilier pour l'achat d'une résidence principale

18 novembre 2021


Le Crédit Mutuel a décidé de renoncer au questionnaire de santé lors de l'accès au crédit immobilier pour l'achat d'une résidence principale. Il est fort probable que d'autres banques suivent le mouvement. Mais cela
risque d'avoir des conséquences sur les tarifs de l'assurance emprunteur.

C'est une annonce extrêmement forte du patron du Crédit Mutuel, Concrètement, la banque renonce au questionnaire de santé pour ceux qui veulent acheter leur résidence principale. Nicolas Théry a mis en avant les inégalités qui excluent du

crédit et de l'accès à la propriété toutun tas de ménages qui ont ou ont eu des maladies graves comme des  cancers ou des maladies considérées aujourd'hui comme chroniques. Le patron du Crédit Mutuel a notamment cité la mucoviscidose ou le sida.

La banque a donc décidé qu'à partir du 1er décembre, elle allait renoncer à toutes les surprimes y compris pour les contrats en cours. Pour les nouveaux donc, terminé le questionnaire de santé. Coût de l'opération  pour le Crédit Mutuel, 30 millions d'euros pour les contrats en cours et
à terme au total 70 millions d'euros. Petite précision utile: cela ne sera possible que pour ceux qui sont clients de la banque depuis au moins 7 ans.

C'est une décision inédite, mais peut-elle être prise par d'autres banques?
D'abord, il faut savoir que le patron du Crédit Mutuel est aussi patron de la Fédération bancaire française (FBF). On peut donc légitimement penser que cette réflexion est potentiellement partagée par d'autres
banques.

Ensuite, l'idée d'un contrat d'assurance de prêt inclusif était déjà dans les cartons législatifs pour justement faire disparaître la sélection médicale. C'est clairement dans l'air du temps.D'ailleurs, un assureur alternatif que nous avons contacté ce mardi
matin estime qu'il y a de très fortes chances que les autres banques emboîtent le pas du Crédit Mutuel.

Vers une hausse générale des tarifs?

Selon lui, c'est une forme de contre-attaque des banques pour empêcher la résiliation annuelle de l'assurance emprunteur et freiner la concurrence des assureurs alternatifs. En d'autres termes, une façon de garder captifs leurs clients.

Ce même assureur insistait, d'ailleurs, sur les conditions de l'offre du Crédit Mutuel: 7 ans d'ancienneté comme client. Or, on sait que la plupart de ceux qui prennent un crédit immobilier changent justement d'établissement financier à cette occasion.

Et puis il y a  l'impact sur le marché global. Certes, pour l'instant, pas d'annonce concernant une hausse générale des tarifs sur l'assurance emprunteur. Mais c'est inévitable, selon les assureurs alternatifs. Pour compenser les incidents, et les sinistres auxquels elles s'exposent, les banques
vont sans doute augmenter les tarifs pour tous, y compris les emprunteurs en bonne santé. C'est la fameuse mutualisation des risques. L'assureur alternatif que nous avons contacté parle même d'une augmentation possible des prix de 5 à 20% dans les années qui viennent.

Source BFM TV

En cliquant sur "J'accepte", vous autorisez l'utilisation de cookies afin de vous assurer une experience optimale sur ce site.

En savoir plus J'accepte